Le vélo est-il la solution privilégiée pour se déplacer après le confinement ?
 
Alors que l’un des enjeux du déconfinement sera d’éviter une nouvelle propagation du virus par des contacts trop rapprochés, par exemple dans les transports en commun Plusieurs initiatives dans de nombreuses villes à travers le monde, à l’image de Bogota ou Berlin, misent sur des pistes cyclables temporaires.




"Tout le monde s'accorde à dire qu'après l'épidémie il y aura un rejet collectif des transports en commun, constate Pierre Serne dans Le Parisien. Si on ne veut pas prendre le train, le tram ou le bus pour se rendre au travail par crainte de la contagion, la voiture semble être la seule solution. Mais quid de la saturation du réseau routier déjà fortement encombré en temps normal dans notre région.

Aménager des pistes cyclables en plus grand nombre, plus larges, offrirait une alternative au recours à la voiture. C’est sur cette idée que la ville de Paris est en train de plancher

Les métropoles étrangères multiplient les pistes cyclables temporaires

La ville de Bogotá, capitale de la Colombie, a été la première à instaurer des mesures en faveur de ce type de transport. Depuis la mi-mars, la maire, Claudia Lopez, a fait construire 76 kilomètres de pistes cyclables en remplacement des axes routiers désormais délaissés par les voitures. Des travaux en continuité avec la politique de transport de la ville : des mesures de limitation du trafic routier le dimanche étaient déjà en place avant le début de la pandémie.
À New York, une partie de la Deuxième avenue a également été transformée en piste cyclable. Même chose à Calgary, Mexico, Séville, Philadelphie, et dans plusieurs villes allemandes, dont Berlin. Celles ayant mises en place de tels dispositifs ont été répertoriées par le journaliste des Échos, Adrien Lelièvre, sur Twitter.

Pourquoi pas vous ?

Au-delà de garantir le respect des mesures de distanciation sociale, le vélo permet :

- de garder la forme, Chez les adultes de 18 à 64 ans, l’OMS recommande au moins 2 h 30 d’activité physique par semaine pour éviter les problèmes de santé

- De participer à la réduction de la pollution de nos villes, il ne faut pas se le cacher, mais utiliser une voiture de 1,5 tonne pour déplacer une personne de 70 kg, c’est un peu une aberration écologique

 - D’arriver de bonne humeur le matin au boulot, une étude anglaise menée sur plus de 10 000 utilisateur le prouve : le vélo rend heureux, augmente la productivité et fait baisser l’absentéisme ! Clairement, quand on double des files de voiture coincées dans les embouteillages, cela donne le sourire

- Dans une grande majorité des cas, c’est plus rapide que la voiture. Eh oui, le temps de sortir la voiture du garage, ensuite la vitesse moyenne d’une voiture en ville est de …… 15 km/h, puis le temps perdu à trouver une place de stationnement. A Nice, je vous mets au défi personnellement de parcourir 10 km en voiture en arrivant avant moi en vélo ;-)

- De faire des économies. Pas la peine de longues explications pour le savoir, les économies réalisées peuvent vous payer un vélo électrique en moins d’un an.

En Conclusion

Quand on sait que 50% des Francais habitent à moins de 8 km de leur lieu de travail, c'est peut être l'occasion de changer et de penser différemment.